livret Tamerlano - Médiathèque de la Cité de la musique

Commenti

Transcript

livret Tamerlano - Médiathèque de la Cité de la musique
Georg Friedrich Haendel
Tamerlano
livret d’Agostino Piovene
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
La scena è in Prusa, capitale della Bitinia, la
prima città occupata dal Tamerlano dopo la
sconfitta dei turchi
La scène se passe à Pruse, capitale de la
Bithynie et première ville occupée par Tamerlan
après la défaite des Turcs.
Ouverture
Menuetto
Ouverture
Menuet
atto primo
acte I
scena 1
scène 1
Cortile nel palazzo di Tamerlano, luogo
dove sta imprigionato Bajazete.
Bajazete et Andronico
Une cour du palais de Tarmerlan, lieu où Bajazet
est retenu prisonnier.
Bajazet et Andronicus
Andronico
Esci, esci, oh Signore,
Abbi libero il piede in questa reggia.
Andronicus
Sortez, sortez Seigneur,
Soyez libre de vos mouvements en ce palais.
Bajazete
Bajazet
(Sorte dalla prigione)
Prence, lo so, ti devo
questo di libertà brieve momento,
e perchè il devo a te, men grave’l sento.
(il sort de sa prison)
Prince je sais que je vous dois
Ce bref moment de liberté, et puisque
C’est à vous que je le dois, il me pèse moins.
Andronico
No, Bajazete, al Tamerlan tu’l dei.
Andronicus
Non, Bajazet, c’est à Tamerlan que vous le devez.
Bajazete
Al Tamerlan ? da lui
Libertà non vogl’io, da lui che appena
Saria degno portar la mia catena.
M’hai tu pietà ?
Bajazet
A Tamerlan ? De lui
Je ne veux aucune liberté, lui qui serait à peine
Digne de porter mes chaînes.
N’avez-vous donc nulle pitié de moi ?
Andronico
M’affliggi allor che’l chiedi.
Andronicus
Cela me peine que vous le demandiez.
Bajazete
Dammi il tuo ferro !
Bajazet
Donnez-moi votre épée.
Andronico
Ah ! mio Signor, non mai.
Andronicus
Ah, Seigneur, jamais !
Bajazete
Tu’l nieghi a me ; per me pietà non hai,
Non me’l nieghi il mio ardir :
Questo mi tragga
Alla mia libertade, o con la vostra,
O con la morte mia ; indietro !
(Leva di mano ad una guardia la daga)
Bajazet
Vous me la refusez, vous n’avez
Aucune pitié de moi,
Mais mon ardeur ne me la refuse pas :
Voilà qui me procurera la liberté,
Soit par votre mort, soit par la mienne ; arrière !
(Il saisit un poignard dans la main d’un des
gardes)
Andronico
Ahimè ! Tu sei...
Andronicus
Hélas, Vous êtes...
8 | cité de la musique
Bajazete
Son Bajazete ancora,
Ben ch’io sia prigioner.
No, no, non voglio dal Tamerlan
Nè libertà, nè vita ;
Io vò morire o sia ragione, o orgoglio.
(Tenta d’uccidersi)
Bajazet
Je suis encore Bajazet,
Bien que prisonnier. Non, non, je ne veux
De Tamerlan ni liberté, ni vie sauve ;
Je veux mourir, que ce soit
Par raison ou par orgueil.
(Il tente de se tuer)
Andronico
Ferma ! Signor, che fai ?
Tu morir, ed Asteria ?
Andronicus
Arrêtez mon Seigneur, que faites-vous ?
Vous, mourir ? Et Asteria ?
Bajazete
Ahi, tu mi svegli in seno un molle affetto,
Per cui sento languir la mia costanza.
Ah ! Mio destin, troppo crudel tu sei.
Son tra ceppi e m’insulta il mio nemico, ne
Vuol, ch’io mora.
Bajazet
Ah, vous réveillez en mon sein un doux émoi
Qui fait vaciller ma constance.
Ah! Destin, tu m’es trop cruel.
Je suis dans les fers et mon ennemi m’insulte
Mais ne veux cependant pas que je meure.
Forte e lieto a morte andrei,
Se celassi ai pensier miei
Della figlia il grande amor.
Se non fosse il suo cordoglio,
Tu vedresti in me più orgoglio,
Io morrei con più valor.
J’irais à la mort fort et joyeux
Si je pouvais chasser de ma pensée
Le grand amour que j’ai pour ma fille.
Si ce n’était sa douleur,
Je ferais montre de plus d’orgueil
Je mourrais plus vaillamment.
scena 2
scène 2
Andronico, e poi Tamerlano
Andronicus, puis Tamerlan
Tamerlano
Prencipe, or ora i Greci
Han posto in mio poter il vostro impero,
Ond’io vi rendo il trono.
Ite a Bisanzio !
Tamerlan
Prince, les Grecs viennent
De placer en mon pouvoir votre empire
Je vous en rends le trône.
Allez à Byzance !
Andronico
Ah ! Mio Signor, è grande
Il dono e il donator ; ma...
Andronicus
Ah ! Seigneur, combien sont grands
Et le don, et le donateur ; mais...
Tamerlano
Il rifiutate ?
Tamerlan
Vous refusez ?
Andronico
No, Signor, ma sì presto
Dividermi da voi ?
Deh ! Lasciate che apprenda
Vicino ancora al vincitor del mondo
Il mestiero dell’armi.
Andronicus
Non, seigneur, mais si vite
Me séparer de vous ?
Ah ! Souffrez que j’apprenne
Auprès du vainqueur du monde
Le métier des armes.
Tamerlano
Andronico, il consento, anzi lo bramo ;
Temeva impaziente
Tamerlan
Andronicus, je consens. Plus, je le désire ;
Je craignais de vous voir impatient
livret | 9
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
La brama di regnar, ma il vostro indugio
Deve servirmi a vincere un nemico.
De régner, mais vos atermoiements
Doivent me servir à vaincre un ennemi.
Andronico
Qual nemico rimane ?
Signor, tutto il mio sangue...
Andronicus
Vous resterait-il un ennemi ?
Seigneur tout mon sang...
Tamerlano
Non v’è d’uopo di sangue per debellar un
Prigionier, che solo ha il suo orgoglio in difesa ;
E ` questi l’Ottoman : in fine, io voglio
Che di nostra union sia vostro il merto.
Tamerlan
Nul n’est besoin de verser du sang pour vaincre un
Prisonnier, qui n’a pour toute défense que son orgueil ;
Il s’agit de l’Ottoman, et je veux
Que le mérite de notre union vous appartienne.
Andronico
La vostra union ? Oh giusti cieli !
E ` questo il miglior de’ miei voti.
Nel duol di Bajazete il suo gran vincitor
Al fin è vinto.
Andronicus
Votre union ? Oh juste ciel !
C’est mon vœu le plus cher.
La douleur de Bajazet a vaincu
Son grand vainqueur.
Tamerlano
No, Prence, non mi ha vinto
Di Bajazete il duolo, e men lo sdegno.
Tamerlan
Non, Prince, ni la douleur ni le mépris
De Bajazet ne m’ont vaincu.
Andronico
E ` donde il colpo ?
Andronicus
Et quoi alors ?
Tamerlano
E vendicato a pieno
Bajazete del suo sangue, amo la figlia.
Tamerlan
Bajazet, lui, est entièrement vengé
Dans le sien, j’aime sa fille.
Andronico
Che sento, oh ciel !
E Irene, Signor, che già
S’avanza al vostro letto ?
Andronicus
Qu’entends-je, oh ciel ?
Et Irène, Seigneur, qui déjà
S’avance vers votre couche ?
Tamerlano
Non deve esser mia sposa ;
La destino per voi.
Addolcita la sua pena,
Scioglieró quella catena
Ch’odio accende nel suo cor.
Une fois adoucie sa peine,
Je lèverai cette chaîne
Que la haine a mis sur son cœur.
scena 3
scène 3
Andronico solo
Andronicus seul
Andronico
Il Tartaro ama Asteria,
Ed io ne fui la cagion, incauto amante !
Andronicus
Le Tartare aime Asteria,
Et par ma faute ! Imprudent amant !
Non sapevi per prova, che avea quel volto
Che a lasciarsi veder, per farsi amare.
Ma ciò non basta, devo tradir anco me stesso ?
Che farò ? son amante e son monarca
Ma non beneficato ;
Se il fosse ancor, non vuò parere ingrato.
Je ne savais moi-même qu’il lui suffisait
De se montrer pour se faire aimer.
Dois-je aussi me trahir moi-même ?
Que faire ? Je suis amant et roi
Mais aussi un obligé ;
Le fussé-je, que je ne voudrais pas paraître ingrat.
Bella Asteria, il tuo cor mi difenda,
Se tradisce la bocca il pensier,
Par ch’offenda l’amante la fede,
Ma lo chiede amistade e dover.
Belle Asteria, que ton cœur prenne ma défense
Si ma bouche contredit mes pensées,
Si l’amant semble trahir sa foi
C’est que l’amitié et le devoir le requièrent.
scena 4
scène 4
Tamerlano e Asteria
Tamerlan et Asteria
Tarmerlan
Elle ne sera pas ma femme !
Je vous la destine.
Tamerlano
Non è più tempo, Asteria,
Di celarvi un segreto, a cui legata
Sta la vostra fortuna,
Di Bajazete, d’Andronico, e la mia ;
Al Greco Prence
E ` noto il mio volere, e già favella
Di vostre nozze al padre.
Tamerlan
Le temps n’est plus, Asteria,
De vous cacher un secret
Auquel est lié votre fortune,
Celle de Bajazet, d’Andronicus et la mienne.
Le Prince grec
Est au courant de mes intentions, et déjà
Il parle de votre mariage avec votre père.
Andronico
Per me, Signore ?
Andronicus
A moi, Seigneur ?
Asteria
Di mie nozze con chi ?
Asteria
De mon mariage avec qui ?
Tamerlano
Per voi. Non posso fare
Scelta miglior, nè voi miglior acquisto .
Non chiedo in ricompensa
Che il consenso d’un padre,
Perchè salga una figlia al maggior trono .
Da voi lo spero, e non lo spero in vano,
Se penserete, che l’impero e Irene
Ambidue doni son della mia mano.
Vuò dar pace a un’ alma altera,
Acciò renda men severa
L’ira sua, il suo furor.
Tamerlan
Pour vous, je ne peux faire
De meilleur choix, ni vous un meilleur mariage ;
Je ne demande en retour
Que le consentement du père,
Que sa fille accède au plus puissant des trônes ;
J’attends ceci de vous, et je ne l’attends
Pas en vain, pensez que l’empire et Irène
Sont tous deux des dons de ma main.
J’entends mettre en paix une âme fière
Et de la sorte atténuer
Et sa colère, et ma fureur.
Tamerlano
Col Tamerlano.
Si, vi adoro, oh bella ;
Io lo dico, e ciò basta.
Tamerlan
Avec Tarmerlan.
Oui, je vous adore, oh belle !
Je vous le dis, cela devrait suffire.
Asteria
Signor, se il prence greco
Necessario si rende a queste nozze,
Pria d’inoltrarmi
Intendo udir dalla sua bocca il mio destino.
Asteria
Seigneur, si la médiation du prince grec
Est nécessaire au mariage,
Avant d’aller plus loin
Je veux entendre mon destin de sa bouche même.
10 | cité de la musique
livret | 11
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Tamerlano
Io v’acconsento, anzi lo bramo :
Il Greco non può ch’oprar per me,
Gli rendo il trono, e gli cedo
Per voi d’Irene il letto
Tamerlan
J’y consens et même le désire :
Le Grec ne peux qu’agir en ma faveur,
Je lui rends son trône,
Et lui cède pour vous la couche d’Irène.
Asteria
Come ! Di chi ?
Asteria
Comment ! De qui ?
Tamerlano
D’Irene !
Tamerlan
D’Irène !
Asteria
Ad Andronico ?
Asteria
A Andronicus ?
Tamerlano
Sì.
Tamerlan
Oui.
Asteria
Ed ei l’accetta ?
Asteria
Et il accepte ?
Tamerlano
Asteria, io vi do tempo a un
Gran consiglio.
Pensateci da voi sola dipendo,
Render del genitor felice il fato,
Grande un amico,
E un vincitor beato.
Tamerlan
Asteria, je vous accorde un long entretien avec lui ;
Réflechissez !
Il ne dépend que de vous
De faire le bonheur d’un père,
De rendre un ami puissant...
Et de combler un vainqueur.
Dammi pace, o volto amato,
E avrà pace il genitor.
Il tuo sdegno sia placato
Dal tormento ch’ho nel cor.
Apaisez mes tourments, ma bien aimée,
Et votre père retrouvera la paix.
Votre mépris s’effacera
Par la souffrance de mon cœur.
scena 5
scène 5
Asteria sola
Asteria seule
Asteria
Serve Asteria di prezzo al Greco infido,
Per acquistar nuove corone ?
Ah ! Indegno !
Il mio fedele amante
A pro del mio nemico è mediatore
d’infami nozze, allor ch’era rivale ?
Ah ! che in van mi giurò più volte amore !
Asteria
Asteria sert donc de rançon au Grec infidèle.
Pour acquérir de nouvelles couronnes ?
Ah ! L’infâme !
Mon fidèle amant
Deviendrait-il pour mon ennemi le médiateur
De ces noces infâmes, alors qu’il était son rival ?
Le traître me jura un amour éternel !
S’ei non mi vuol amar,
Almeno il traditor,
Perfido ingannator,
Il cor mi renda.
Se poi lo serba ancor,
Che non lo sprezzi almen,
S’il ne veut pas m’aimer
Ce traître,
Ce perfide trompeur,
Qu’il me rende au moins mon cœur !
Mais s’il souhaite le garder encore,
Au moins qu’il ne le méprise pas,
12 | cité de la musique
O nell’amarlo il sen
Poi non l’offenda.
Car tout en l’aimant,
Il pourrait blesser ce sein.
scena 6
scène 6
Bajazete, Andronico, ed Asteria
Bajazet, Andronicus et Asteria
Bajazete
Non ascolto più nulla.
Bajazet
Je n’écouterai plus rien.
Andronico
Almeno udite la volontà d’Asteria !
Andronicus
Ecoutez au moins la volonté d’Asteria !
Bajazete
Ella è mia figlia.
Non ti partire, Asteria,
Che di te qui si tratta.
Bajazet
C’est ma fille
Ne partez pas, Asteria,
Car c’est de vous qu’il s’agit.
Andronico (a parte)
Ah ! che s’ella consente, io son perduto !
Andronicus (à part)
Ah ! Si elle consens, je suis perdu !
Asteria
Di me ?
Asteria
De moi ?
Bajazete
E perché so, che il mio
S’accorda col tuo cor,
Per te risposi.
Bajazet
Et sachant que mon cœur
S’accorde avec le vôtre,
J’ai répondu pour vous.
Asteria
Di che ?
Asteria
A quel propos ?
Bajazete
Il nostre nemico.
Bajazet
A propos de notre ennemi.
(à part)
Ah ! A ces paroles, le rouge me monte
Au front, je brûle de mépris !
(haut)
Par l’intermédiaire d’Andronicus
Il demande ta main.
Et m’offre en retour la liberté et la paix.
L’impie sait pourtant bien que je frémis
A l’idée de lui être redevable, même de la vie.
(a parte)
Ahi, che nel dirlo avampo di rossor
Ardo di sdegno !
D’Andronico col mezzo
Chiede le nozze tue
E m’offre in premio libertade e pace.
L’empio sa pur che fremo
D’esserli debitor sin della vita.
Andronico (a parte)
E nulla dice Asteria ?
Andronicus (à part)
Et Asteria ne dit rien
Bajazete
Figlia, tu non rispondi ?
Io mi credea sull’indegna proposta
Vederti accesa di dispetto e d’ira,
Ma invece tu vacilli
Sino sulla ripulsa. Ah Figlia, figlia !
Bajazet
Ma fille, vous ne répondez pas ?
Je pensais, à cette offre indigne,
Vous voir enflammée de mépris et de colère,
Mais au contraire vous hésitez
Même à la rejeter. Ah ! ma fille, ma fille !
livret | 13
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Asteria
Or che il Tartaro rende la corona
Ad Andronico,
Il superbo con la fortuna cangia
Core ed affetti.
V’è noto il don di quel suo grande amico ?
Li cede in premio di mie nozze Irene ;
Or l’ambizion, e un nuovo amor lo chiama
A oprar non già per noi, ma per se stesso.
Asteria
Maintenant que le Tartare rend sa couronne
A Andronicus,
La fortune a fait changer cet orgueilleux,
De cœur et d’affections.
Etes-vous au courant du don de son grand ami ?
En échange de moi, il lui cède Irène.
L’ambition et un nouvel amour l’incitent
A œuvrer non plus pour nous, mais pour lui-même.
Asteria
Credete ciò che piu v’aggrava, ingrato ;
Punto non v’ingannate :
V’amai, ve lo confesso ;
Né lo direi,
Se non dovessi odiarvi.
Asteria
Croyez ce qui vous fait le plus de mal, ingrat ;
Vous ne vous trompez pas :
Je vous ai aimé, je vous le confesse ;
Mais ne le dirais pas
Si je ne devais vous haïr.
Andronico
Odiarmi ? ah, Principessa !
Andronicus
Me haïr ? Ah, Princesse !
Bajazete
E ciò è vero ?
Bajazet
Est-ce vrai ?
Andronico
Crudele ! tacer non posso.
Asteria, al vostro amante non conviene
Cosi ingiusto rimprovero ; sappiate,
Che ho chieste queste nozze
Col timor d’ottenerle,
Ma non vedo che voi
Siate pronta al rifiuto
Come che foste a rinfacciarmi ingiusta.
Andronicus
Cruelle ! Je ne puis plus me taire.
Asteria, votre amant ne mérite pas
Cet injuste reproche ; sachez
Que j’ai demandé ces noces
Dans la crainte de les obtenir,
Mais je ne vois pas
Que vous soyez prompte à les refuser
Comme vous l’avez été à me semoncer injustement.
Asteria
Non replicate, Andronico ! Eseguite
Gli ordini di mio padre,
Ma per me non v’impegnate a nulla ;
Asteria
Plus un mot, Andronicus ! Exécutez
Les ordres de mon père,
Mais ne vous souciez pas de moi.
Andronico
Legge crudel ! Devo partir
Certo dell’ira sua
Ma di mia sorte incerto.
Andronicus
Loi cruelle ! Je dois partir
Certain de sa colère,
Mais incertain de mon sort.
Asteria
S’ho a soffrir dall’amante esser tradita,
La via di non amare, oh Amor, m’addita !
Asteria
Si je dois souffrir d’être trahie par mon amant
Indiquez-moi, Amour, comment ne pas aimer !
Bajazete
Prence, Asteria è mia figlia,
Io rispondo per lei.
Bajazet
Prince, Asteria est ma fille ;
Je réponds pour elle.
Andronico
(a parte) E Asteria tace ?
Ma, Signor, la repulsa vi può costar il capo.
Andronicus
(à part) Et Asteria se tait ?
Mais, Seigneur, un refus peut vous coûter la vie.
Deh, lasciatemi il nemico,
Se toglieste a me l’amante,
Stelle amiche, per pietà.
Ed all’or questo nemico,
Se non posso averlo amante,
Potrò odiar con libertà.
Ah, laissez-moi l’ennemi
Si vous m’enlevez l’amant,
Astres amis, par pitié.
De sorte que cet ennemi ;
Si je ne puis l’avoir comme amant,
Je puisse le haïr en toute liberté.
Bajazete
Non più ti dissi ;
Vanne, la risposta tu rendi
Al mio nemico, e la risposta è questa ;
Il rifiuto d’Asteria e la mia testa.
Bajazet
Plus un mot !
Allez ! Portez ma réponse
A mon ennemi, et la réponse est celle-ci :
Le refus d’Asteria et ma tête.
Ciel e terra armi di sdegno
Morrò invitto, e sarò forte.
Chi disprezza pace e regno,
Non potrà temer la morte.
Qu’il arme le ciel et la terre dans son mépris,
Je mourrai invaincu, et je serai fort.
Celui qui dédaigne et paix et royaume
Ne pourra craindre la mort.
scena 7
scène 7
Andronico, ed Asteria
Andronicus et Asteria
Andronico
Asteria, non parlate ?
Ai rimproveri vostri mal corrisponde
Questo ostinato silenzio,
Ond’è che meco siete sdegnata
O v’opponete al padre ?
14 | cité de la musique
Andronicus
Asteria, vous ne dites mot ?
Vos reproches sont mal servis
Par ce silence obstiné.
Etes-vous dépitée à mon égard,
Ou vous opposez-vous à votre père ?
scena 8
scène 8
Atrio nel palazzo di Tamerlano
Andronico da una parte, ed Irene e Leone
dall’altra.
Un lieu ouvert dans le palais de Tamerlan
Andronicus d’un côté, Irène et Léon de l’autre.
Irene
Cosi la sposa il Tamerlano accoglie ?
Quella sposa, ch’erede d’un vasto impero
Al Tartaro si dona ?
M’avanzo nella reggia e fuor che il Tamerlano
Ogni altro incontro ?
Irène
C’est ainsi que Tamerlan accueille son épouse ?
Cette épouse, héritière d’un vaste empire,
Se donne donc au Tartare ?
En entrant au palais
Dois-je rencontrer tous sauf Tamerlan ?
Leone
Il Greco prence è questo,
In breve a lui succederà il monarca.
Léon
Voici le Prince grec,
L’Empereur le suit sous peu.
Andronico
Vergine eccelsa, io vengo
Dal Tamerlan prescelto
Al grand’onor d’accogliervi in sua vece.
Andronicus
Très haute dame,
Tamerlan m’a choisi
Pour le grand honneur de vous accueillir à sa place.
livret | 15
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Irene
Ma, il mio sposo, dov’e ?
Irène
Mais où est mon époux ?
Andronico
Dirvi dovrei che lo son io, ma il cambio
Troppo è diforme al vostro gran destino.
Andronicus
Je suis obligé de vous dire que c’est moi, quoique
ce changement siée mal à votre haute destinée.
Irene
M’ingannò dunque il Tamerlano, o pure
Pentito de mie nozze
Vuol che io parta nemica
Quando viena sua sposa ?
Chi m’addita la via
Per tornar al dover quest’infedele ?
Chi m’assicura almeno
Da nuovi insulti, e chi m’accerta poi,
Che lo possa veder per vendicarmi ?
Irène
Ainsi Tamerlan m’a trompée ! Ou bien
Regrettant nos accordailles,
Désire-t-il que je reparte comme ennemie
Alors que je venais en fiancée ?
Qui m’indiquera le moyen
Pour ramener l’infidèle à son devoir ?
Qui me protègera au moins
D’autres insultes et qui fera en sorte
Que je puisse le voir pour me venger ?
Andronico
Io.
Andronicus
Moi.
Irene
Ed in qual forma ?
Irène
Et comment cela ?
Andronico
Udite ! ancora ignota
Voi siete al Tamerlan,
Fingetevi compagna o messaggera
Della sprezzata Irene
Pregate, minacciate, il tempo poi
Darà incontro opportun per iscoprirsi.
Andronicus
Ecoutez ! Pour l’heure
Vous êtes inconnue de Tamerlan,
Feignez d’être ou la compagne, ou l’envoyée
De la méprisée Irène
Priez, menacez, et le temps
Opportun de vous découvrir viendra.
Irene
Si faccia, è questo il mezzo
Per salvar il decoro,
E non abbandonar la mia ragione.
Irène
Soit, c’est le moyen
De sauver la face,
Tout en sauvegardant mes droits.
Andronico
Leon vi servirà scorta segreta.
Andronicus
Léon sera votre serviteur secret.
Leone
Ubbidiente e fido,
Che tal credo giovar al mio sovrano.
Léon
Obéissant et fidèle,
J’entends ainsi plaire à mon souverain.
Irene
Andiamo, amici, e nella vostra fede
Di Trabisonda poserà l’erede.
Irène
Allons, amis, sur votre foi
Se repose l’héritière de Trébizonde.
Dal crudel che m’ha tradita
Tenterò con la mia vita
Di rimover l’empietà.
Ma se poi tiranno ancora
Non ascolta chi l’adora,
Dimmi, oh Ciel, che mai sarà ?
Du cruel qui m’a trahie
Je tenterai au prix de ma vie
D’atténuer la parjure.
Mais si le tyran persiste
A ne pas écouter celle qui l’adore,
Dis-moi, oh ciel, ce qu’il adviendra !
16 | cité de la musique
scena 9
scène 9
Andronico solo
Andronicus seul
Andronico
Chi vide mai più sventurato amante ?
Ascondermi convien l’ardor ch’io sento,
Per salvar l’Ottoman dall’ira ingiusta
Del Tartaro sdegnato.
Neco s’adira Asteria :
Credendomi infedel da sè mi scaccia,
E di punir i’infedeltà minaccia.
Può contro un sen esser
Più crudo il fato ?
E quando mai d’Asteria
Io rivedrò il sembiante ?
Chi vide mai più sventurato amante ?
Andronicus
Vit-on jamais amant plus malchanceux ?
De mon amour ardent je dois cacher l’ardeur
Pour sauver l’Ottoman de la colère injuste
Du tartare offensé.
Asteria se courrouce à mon égard :
Me croyant infidèle, elle me chasse,
Et menace de punir mon infidélité.
Le sort peut-il s’acharner
Davantage contre un cœur ?
Et reverrai-je jamais d’Asteria
Le doux visage ?
Vit-on jamais un amant plus malchanceux ?
Benchè mi sprezzi l’idol ch’adoro,
Mai non potrei cangiar amore.
Lusinghe e vezzi non dan ristoro,
Ai mali miei, al mio dolore.
Malgré le mépris de celle que j’idolâtre
L’objet de mon amour ne changera jamais.
Grâces et charmes n’apportent aucun réconfort
A mes malheurs, à ma douleur.
fine dell’atto primo
fin du premier acte
atto secondo
acte II
scena 1
scène 1
Galleria corrispondante al gabinetto
Del Tamerlano - Tamerlano,
ed Andronico.
Un corridor menant aux appartements
de Tamerlan - Tamerlan et
Andronicus
Tamerlano
Amico, tengo un testimon fedele
Del vostro in mio favor felice impiego :
Al fin col vostro mezzo
La mia grande nemica è già placata.
Tamerlan
Ami, j’ai eu un rapport fidèle
De l’heureuse issue de votre ambassade,
en ma faveur : enfin, grâce à vous,
Ma grande ennemie est déjà appaisée.
Andronico
Come, Signor, Asteria ?
Andronicus
Comment, Seigneur, Asteria ?
Tamerlano
Si, sarà mia, vostra mercè.
Tamerlan
Elle sera mienne, grâce à vous.
Andronico
Ma, il padre ?
Andronicus
Mais son père ?
Tamerlano
So che il superbo non v’assente ancora,
Ma inutile è il suo assenso,
Se in mio favor ho della figlia il core.
Tamerlan
Je sais que l’orgueilleux n’y consent point encore,
Mais son assentiment est inutile,
Si j’ai déjà pour moi le cœur de sa fille
livret | 17
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Andronico (a parte)
Ecco al fine avverati i miei sospetti.
Andronicus (à part)
Voici hélas mes soupçons confirmés.
Tamerlano
Vi duol che da altro labbro abbia l’avviso ?
A voi però la devo,
E ho pena non avver più
Come parervi grato.
Tamerlan
Vous souffrez d’en avoir été informé par d’autres ?
C’est à vous pourtant que je la dois,
Et je languis de ne pouvoir davantage
Vous remercier.
Andronico
Dopo un sì grande acquisto
L’avete ancor veduta ?
Andronicus
Après une si grande nouvelle,
Lui avez-vous parlé ?
Tamerlano
Deve guidarla a’momenti
Zaida nelle mie stanze.
Tamerlan
D’un instant à l’autre
Zaïde doit la conduire à mes appartements.
Andronico (a parte)
Ed anche questo, oh Ciel !
Ciò è noto al padre ?
Andronicus (à part)
O Ciel ! Rien ne me sera épargné,
Le père le sait-il ?
Tamerlano
Perchè tante richieste ?
Prence, attendete al vostro
Già vicino Imeneo ;
Irene, ch’accoglieste, è vostra sposa ;
Vado a ordinar la pompa, e questo giorno
Sarà di vostre e di mie faci adorno.
Tamerlan
Pourquoi tant de demandes ?
Prince, souciez-vous de votre
Hyménée imminent ;
Irène, que vous avez accueillie, est votre fiancée ;
Je vais de ce pas m’occuper de la cérémonie,
Et ce jour resplendira de vos torches nuptiales,
Et des miennes.
Quelle belle concurrence entre
Le couronnement de nos deux amours !
Je vous devrai reconnaissance
Et vous serez heureux de m’en devoir,
Et ainsi nous échangerons cœur contre cœur.
Bella gara che faronno
Coronati i nostri amori !
Io sarò nel vostro grato
E nel mio voi fortunato,
Cangerem cori con cori.
scena 2
scène 2
Asteria ed Andronico
Asteria et Andronicus
Andronico
Asteria, vi turbate ? E che ? Temete
Portarvi forse, me presente, a un trono,
Per cui fu così pronto il vostro voto ?
Andronicus
Asteria, vous vous troublez ? Pourquoi donc ?
Vous craignez peut-être d’accéder en ma présence
A un trône auquel vous avez consenti
Avec tant d’alacrité ?
Asteria
Non ho a temere nel portarmi a un soglio,
Cui m’additaste poco fa il sentiero.
Asteria
Je n’ai nulle crainte d’être portée au trône,
Vous m’en aviez il y a peu montré le chemin.
Andronico
Ve lo additai perché il fuggiste,
O almeno credei che nol bramaste.
Andronicus
Je vous l’avais montré parce que vous le fuyiez,
Tout au moins, vous ne le convoitiez point.
18 | cité de la musique
Asteria
Piano, Andronico, piano ! Non mi guida
Ambizione o amore al trono ;
Farò veder,
(a parte)
Ma Asteria, ove trascorri ?
Voi mi spingete al soglio, il dissi,
E il dico ;
E se voi non aveste o core o forza
Per dichiararvi contro il mio nemico,
A odiarlo nè men io son più tenuta.
Asteria
Tout doux, Andronicus ! Ce n’est ni l’ambition,
Ni l’amour qui me porte au trône ;
Et je prouverai ce que je dis,
(à part)
Mais tu divagues, Asteria
(haut)
Vous me poussez au trône,
je l’ai dis et le redis ;
Et si vous n’avez ni le cœur ni la force
De vous déclarer contre mon ennemi,
Alors moi-même je ne suis plus tenue de le haïr.
Andronico
Quando ciò sia, protesterò altamente
Contro le chieste nozze,
Mi griderò nemico
Del Tamerlan rifiuterò l’impero,
Al fin morrò, se il morir mio si brama.
(Entra Zaida e parla all’orecchio di Asteria).
Andronicus
S’il en est ainsi, je protesterai vivement
Contre ces noces,
Je me proclamerai l’ennemi
De Tamerlan, je refuserai de régner,
Pour enfin mourir, si c’est ma mort qui
Est souhaitée.
(Entre Zaïde qui parle à l’oreille d’Asteria)
Asteria
Non è più tempo, il Tamerlan mi chiama.
Non è più tempo, no,
Un altro stringerò,
Sospiri in vano.
Quest’è destin d’amor,
Sovente il primo ha il cor,
L’altro la mano.
Asteria
Il n’est plus temps, Tamerlan me demande.
Il n’est plus temps, non,
J’en étreindrai un autre,
Et en vain soupirerez-vous.
C’est là le destin de l’amour,
Souvent le premier a le cœur,
L’autre la main.
scena 3
scène 3
Andronico solo
Andronicus seul
Andronico
Ah no ! Dove trascorri, idolo mio ?
Torna a bear quest’alma ;
Io, ti perdon, perdona.
Ma che ? Sorda a’ miei pianti
Sprezzi l’ardor che ho in seno ?
Ah, disperato Andronico, che pensi ?
Perdesti Asteria, e perderai la vita ;
Si vada Bajazete, ah, se l’altiero
Non oppon l’ira sua, più nulla spero.
Andronicus
Oh ! Ciel ! Où allez-vous, idole de mon cœur ?
Revenez ravir cette âme !
Je vous pardonne, pardonnez !
Eh quoi ? sourde à mes plaintes,
Vous dédaignez l’amour que je porte en mon sein ?
Ah, désepéré Andronicus, que penser ?
En perdant Asteria, tu perds la vie !
Allons voir Bajazet, mais si ce cœur farouche
N’y oppose pas sa colère, tout espoir est perdu.
Ceico in vano di placare
I’idol mio, il mio bel nume,
Se le stelle a me fan guerra.
Io comincio a disperare
Qual nocchier che perde il lume
Quando ignota è a lui la terra.
C’est en vain que je cherche à apaiser
Mon idole, ma belle déesse,
Si les astres me sont contraires.
Je commence à désespérer,
Tel un bateau qui a perdu son étoile
Et ne sait retrouver la côte.
livret | 19
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
scena 4
scène 4
S’alza la tenda del gabinetto, e si vede a sedere
nel mezzo il Tamerlano, ed Asteria da una parte
sopra origlieri.
Tamerlano, Àsteria, Leone e poi Irene.
Les rideaux des appartements de Tamerlan s’écartent et au milieu de la scène ; on voit Tamerlan,
assis, Asteria à ses côtés sur des coussins
Tamerlan, Asteria, Léon, puis Irène.
Leone
Signor, vergine illustre
Chiede accostarvi per Irene al soglio.
Léon
Seigneur, une noble demoiselle
Vous demande une audience au nom d’Irène.
Tamerlano
Venga colei, che invia Irene a noi,
Per esplorare i sensi.
Legga in volto ad Asteria
Il destin del mio trono,
E la mia scusa.
Tamerlan
Que celle qu’Irène nous envoie approche,
Sachons ce qu’elle nous veut.
Qu’elle lise sur le visage d’Asteria
Le destin de mon trône
Et la cause de ma résolution.
Irene (a parte)
Signor, di Trabisonda
L’erede a voi...
Irène (à part)
Seigneur, l’héritière
De Trébizonde vers vous m’envoie...
Tamerlano
Non t’inoltrar ! M’è noto
Ciò che pretende Irene.
Tamerlan
Il suffit ! Je connais
Les prétentions d’Irène.
Irene
Non arrossite, tradir una reina,
Per poi stender la destra a una schiava ?
Una schiava, che ancora non si sa
Con qual cor venga sul trono ?
Irène
Mais comment, trahir une reine
Pour tendre la main à une esclave ?
Une esclave, qui de plus ne sait pas
Ce qui la pousse à cette union ?
Tamerlano
Che più direbbe Irene ?
Tamerlan
Irène ne pourrait pas mieux parler.
Irene
(a parte) E Irene io sono.
E ` tu, superba donna,
Il di cui gran retaggio è un catena,
Sappi, che il soglio, a cui ti porti,
E pria dovuto a un’ altra,
E impara della fè,
Che tradisce il donator,
A misurar il dono.
Irène
(à part) Cette Irène, c’est moi.
Et vous, femme orgueilleuse,
Dont le grand héritage est une chaîne,
Sachez que le trône auquel vous aspirez
Revient de droit à une autre,
Et de la foi
Qu’a trahie le donateur,
Apprenez à apprécier le don.
Tamerlano
Donna, garristi assai, in te rispetto
Senso, beltade, e più d’Irene il nome.
Son reo, lo so, ma la discolpa è questa :
Alfin la cedo a un trono
Non minore del mio : si plachi, e regni.
Tamerlan
Femme, vous en dites trop ; en vous je respecte
L’intelligence, la beauté et plus encore,
D’Irène le nom.
Je suis coupable, je le sais, mais je fais amende
Honorable : je la destine à un trône non moins
Grand que le mien : qu’elle s’apaise, et qu’elle règne.
20 | cité de la musique
Irene
Se non stringe la mano
Del Tamerlan, ritornerà qual viene.
Irène
Si elle n’a pas la main
De Tamerlan, elle retournera d’où elle vient.
Tamerlano
Fa che mi spiaccia Asteria,
E abbraccio Irene.
Tamerlan
Faites en sorte qu’Asteria me déplaise,
Et j’épouserai Irène.
Scene 5
scène 5
Asteria, Irene e Leone
Asteria, Irène, et Léon
Asteria
Senti, chiunque tu sia, che a pro d’Irene
Tanto finor dicesti :
Conosci adesso il cor d’Asteria ;
In pegno di miei detti ecco la mano :
Saprà Asteria spiacere al Tamerlano.
Asteria
Ecoutez, qui que vous soyez, qui
Tout à l’heure avez parlé en faveur d’Irène :
Apprenez à connaître le cœur d’Asteria ;
En gage de mes paroles, voici ma main :
Asteria saura déplaire à Tamerlan.
scena 6
scène 6
Irene, e Leone
Irène et Léon
Irene
Non si perda di vista
Questa schiava nemica, e risoluta.
Irène
Qu’on ne perde pas de vue
Cette esclave ennemie, et résolue.
Leone
Cauto de’passi suoi seguirò l’orme.
Léon
Je suivrai discrètement la trace de ses pas.
Irene
Felice me, se il soglio,
Che ragione o beltà si mal difende,
Gratitudine almen oggi mi rende.
Irène
Quel bonheur pour moi, si le trône
Que l’intelligence ou la beauté défendent mal
M’est rendu aujourd’hui par la gratitude.
Par che mi nasce in seno
Un raggio di speranza
A consolarmi il cor.
Ma non contenta a pieno
Del seno la costanza,
Se l’agita il timor.
Il me semble que naît dans mon sein
Un rayon d’espoir,
Pour consoler mon cœur.
Mais jamais de mon sein
Si l’agite la crainte,
Ne sera la constance assurée.
scena 7
scène 7
Bajazete, ed Andronico
Bajazet et Andronicus
Leone
Amor dà guerra e pace,
Dà pena e dà tormenti
E poi sordo ai lamenti
Gode di far penar.
Léon
Amour de guerre et de paix,
De peines et de tourments,
Sourd aux plaintes
Et réjoui à l’idée d’accabler.
livret | 21
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Di lui l’ardente face
Accende un cor sprezzato,
E poi che l’ha piagato
Lo lascia abbandonar.
Son ardent flambeau
Embrase un cœur méprisé,
Puis l’abandonne
Après l’avoir blessé.
Bajazete
Dov’è mia figlia, Andronico ?
Bajazet
Où est ma fille, Andronicus ?
Andronico
Sul trono
Andronicus
Elle accède aux marches du trône.
Bajazete
Su qual trono ?
Bajazet
De quel trône ?
Andronico
Su quel del suo nemico.
Andronicus
Celui de son ennemi.
Bajazete
Del Tamerlan ?
Bajazet
De Tamerlan ?
Andronico
Così nol fosse !
Andronicus
Plût à Dieu qu’il n’en fut rien !
Bajazete
Ah, indegna.
E quando, e come ?
ahi, me tradito ! Parla !
Bajazet
Ah, l’indigne !
Quand, et comment, hélas, m’a-t-elle trahi ?
Parlez !
Andronico
Testè la vidi io stesso entrar la stanza
Del Tartaro ; la guidi
Vendetta o ambizion sole sul trono.
Andronicus
Je l’ai vu de mes yeux pénétrer dans les
Appartements du Tartare ; seules peuvent la guider
La vengeance ou l’ambition du pouvoir.
Bajazete
E tu, codardo amante,
Che nemico potesti
Farla scender dal mio, dal propio soglio,
Ad un altro non suo non le sapesti
Attraversar la strada ?
Bajazet
Et vous, misérable amant,
Qui, ennemi, sûtes la faire renoncer
A mon trône que dis-je ? au sien !
Ne saurez-vous point lui barrer le chemin
D’une autre couronne ?
Andronico
Dissi, gridai, ma chi non bada al padre,
Più non ascolta un vilipeso amante.
Andronicus
J’ai parlé, sermonné mais qui n’écoute pas son père
N’écoute pas non plus un amant vilipendé.
Bajazete
Entriam, Prence, seguiamla,
E se non siamo a tempo
D’impedir che vada al trono,
O vuò che scenda o Bajazete non sono.
A suoi piedi padre esangue
La superba mi vedrà,
Se non ha
Del mio sdegno e del mio sangue
O timor o almen pietà.
22 | cité de la musique
scena 8
scène 8
Andronico solo
Andronicus seul
Andronico
Se Asteria mi tradisce, al certo io voglio
Darle quel cor in man, che tanto adora ;
Svenerò Tamerlano,
Ucciderò me stesso, e al fin contenta
Sarà l’empia crudel che mi tormenta.
Più d’una tigre altero
E perfido e severo
E ` il cor che ha in petto.
Empia disumanata
S’è d’ogni amor scordata,
E sol di crudeltà ha ogn’or diletto.
Andronicus
Si Asteria me trahit, j’entends
Placer dans sa main ce cœur qu’elle adora ;
Je tuerai Tamerlan, je me tuerai à mon tour,
Pour qu’enfin soit satisfaite
Cette cruelle traîtresse qui me tourmente.
Le cœur qui bat dans mon sein
Est plus perfide, plus cruel
Que celui d’une farouche tigresse.
La cruelle inhumaine
A oublié toute pensée d’amour
Et ne trouve désormais plaisir que dans la cruauté.
scena 9
scène 9
Sala con trono - Tamerlano, ed Asteria, poi
Bajazete, e poi Andronico
La salle du trône - Tamerlan, Asteria, puis
Bajazet et enfin Andronicus
Tamerlano
Al soglio, al soglio, oh bella.
Tamerlan
Au trône, au trône, allons ma belle !
Asteria
Signor, si fa mia legge il piacer vostro ;
Al soglio sì.
(a parte)
Ma per svenarvi un mostro.
Asteria
Monseigneur, votre plaisir sera ma loi ;
Au trône, oui, allons.
(à part)
Mais pour tuer un monstre.
Tamerlano
Porgi la destra !
Tamerlan
Donnez-moi votre main !
Asteria
Eccola al cenno.
Asteria
La voici.
(a parte)
Ahi, pena ! Se mi vedesse il padre ?
Eccolo, ahi vista !
(à part)
Hélas, si mon père me voyait !
Le voici, quelle vision !
Bajazete
Dove Asteria ?
Bajazet
Où allez-vous, Asteria ?
Bajazet
Entrons, Prince, suivons-là, et si nous ne sommes
Pas à temps pour l’empêcher d’accéder au trône,
Ou j’entends qu’elle renonce,
Ou je ne suis point Bajazet.
Tamerlano
E tu dove, oh Bajazete ?
Tamerlan
Et vous, ô Bajazet ?
Bajazete
Ad arrestar mia figlia.
Bajazet
Arrêter ma fille.
A ses pieds l’orgueilleuse
Verra son père nageant dans le sang
Si elle n’a
De ma colère et de mon sang
Ni crainte ni même pitié.
Tamerlano
Temerario !
Cotanto ardisci prigionier ?
Tamerlan
Téméraire !
Vous osez, vous, un prisonnier ?
livret | 23
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Tamerlano
Andiamo, Asteria !
Tamerlan
Allons, Asteria !
Asteria
Ah ! Mio Signor ! Vi sieguo,
Ma non per questa via,
Se mi volete sposa,
Non mi vogliate almen disumanata ;
Sgombrisi quel sentiero, e vengo al soglio.
Asteria
Ah ! Seigneur ! Je vous suis,
Mais non par ce chemin-là,
Si vous voulez m’épouser
Ne me privez pas de tout sentiment humain !
Qu’il quitte la place, et j’accèderai au trône.
Andronico (a parte)
A tempo giungo, ad osservar l’infida.
Andronicus (à part)
J’arrive à temps pour voir l’infidèle.
Tamerlano
Sorgi !
Tamerlan
Levez-vous !
Bajazete
No, poichè ingombro alla superba
almen la via del trono.
Bajazet
Jamais ! Ici au moins puis-je barrer
La voie du trône à cette orgueilleuse.
Tamerlano
Sorgi, ti dico ; olà !
Tamerlan
Levez-vous, vous dis-je, Holà !
Bajazete
Perverse stelle !
Bajazet
Astres néfastes !
Tamerlan
Holà, que l’on se taise !
Je suis fatigué de vos fureurs
Et si le doux visage d’Asteria
N’arrêtait mon bras,
Votre tête eut déjà roulé de vos épaules.
Tamerlano
Con intrepido guardo
Rimira, Bajazete, qual sie tua figlia,
In onta ancora del tuo mal nato orgoglio.
Tamerlan
Bajazet, que vos yeux intrépides
Voient votre fille telle qu’elle est,
Malgré votre orgueil mal placé.
Asteria
Padre, perdon !
Bajazete
Eccolo, via che tardi ? Indarno speri
Altrimenti placarmi.
Bajazet
Qu’attendez-vous donc, Seigneur ? En vain
Espérez-vous m’apaiser autrement.
(a parte)
Saprai qual vado al soglio.
Andronico, tu taci ?
Asteria
Père, pardonnez-moi
(à part)
Vous verrez comment j’accède au trône.
(haut)
Andronicus, vous vous taisez ?
Asteria (a parte)
Il cimento è funesto, o taccia, o parli.
Asteria (à part)
Funeste épreuve, il me faut ou me taire, ou parler.
Tamerlano
Ti vuò avvilito almen, se non placato.
Olà ! Pieghisi a terra
Il superbo Ottomano,
E quell’ ardito capo
Mi serva di scabello a girne al trono.
Tamerlan
Je vous veux abaissé à défaut d’apaisé !
Holà ! le fier Ottoman
Se jette à terre,
Et ce bouillant cerveau
Me servira de marche pour monter sur le trône.
Bajazete
Ascendi al trono
Teco v’ascenda Asteria,
E con crudele ed inaudito esempio
Oggi si veda al soglio del nemico
Sul capo al genitor passar la figlia.
Bajazet
Montez donc sur le trône
En y conduisant Asteria,
Et nous aurons aujourd’hui la vision
Cruelle et inouïe
D’une fille foulant la tête de son père
Pour accéder au trône de son ennemi.
Bajazete
Le mie catene
Non mi han tolto ragion sopra mia figlia.
Bajazet
Mes chaînes
Ne m’ont pas privé de mes droits sur ma fille.
Tamerlano
Più tua figlia non è, mia sposa è Asteria.
Tamerlan
Asteria n’est plus votre fille, c’est ma femme.
Bajazete
Tua sposa ? Non è vero ;
Degli Ottomani il sangue
Non può accoppiarsi al sangue
D’un pastore.
Bajazet
Votre femme ? Cela ne peut être ;
Le sang des Ottomans
Ne peut se mêler à celui d’un berger.
Tamerlano
Infelice superbo
Non sai, ch’io sono tuo signore ancora ?
Tamerlan
Malheureux rempli d’orgueil
Ignorez-vous que je suis toujours votre souverain ?
Bajazete
Eh ! Fortuna non toglie, o lieta, o avversa,
A te viltà di sangue, a me grandezza.
(ad Asteria)
Tu taci temeraria, il tuo rossore
Vendica gíà in gran parte il tuo delitto,
Perfida, indegna figlia !
Bajazet
Bah ! Favorable, ou contraire, la fortune
Ne nous enlève pas à vous, la bassesse
De votre naissance, ni à moi, ma grandeur.
(à Asteria)
Vous vous taisez, téméraire ! Votre rougeur suffit
A dénoncer votre crime,
Fille perfide et indigne !
Tamerlano
Olà ! Si taccia !
Stanco son di tue furie,
E se il volto d’Asteria
Non arrestasse il colpo,
Ne porterebbe il capo tuo la pena.
24 | cité de la musique
Andronico
Dopo il padre
Non ha voce l’amante.
Che dite, Bajazete ?
Colei vi sembra quella,
Che così ben prima sapea
Finger amor per me, dover per voi ?
Andronicus
Après le père,
L’amant n’a plus de voix.
Que dites-vous Bajazet ?
Vous semble-t-elle celle
Qui savait si bien
Feindre pour moi amour, pour vous respect ?
Bajazete
Deh ! Rivolgiamo altrove,
Andronico, le ciglia !
Colei di Bajazete no, non è figlia.
Bajazet
Hélas ! Andronicus, portons
Le regard ailleurs !
De Bajazet ce n’est point la fille.
Tamerlano
Andronico, è ormai tempo,
Che il Tamerlano vi sia grato. Asteria
Tamerlan
Andronicus, il est temps désormais,
Que Tamerlan vous témoigne sa gratitude.
livret | 25
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
E ` mia per voi, per me sia vostra Irene
E con Irene l’uno e l’altro impero.
Or venga Irene a noi !
Grâce à vous Asteria est mienne, qu’Irène
Soit vôtre, grâce à moi, et que chacun règne.
Maintenant, qu’Irène vienne à nous !
scena 10
scène 10
Irene, e detti
Irène et les précédents
Bajazete
Lascia ch’io dica.
Asteria,
Che per figlia non ti ravviso più
Dimmi : sei quella
Che giurò al Tamerlano odio e vendetta ?
Tu del sangue Ottoman ? Perfida, menti.
Dal tuo nemico amante
Non ottenesti al genitor la morte,
Per averne poi tu, Reina il merto ?
Ecce il petto, ecco il capo, or via !
Che tardi ?
Quest’ultimo ti resta
Ancor de’ tuoi delitti.
Bajazet
Souffrez que je parle.
Asteria, car je ne vous reconnais
Plus comme fille.
Dites-moi : êtes-vous celle
Qui jura haine et vengeance à Tamerlan ?
Vous, de sang Ottoman ? Perfide, vous mentiez.
De votre ennemi et amant
N’avez-vous point obtenu la mort de votre père
Pour que, Reine, le mérite vous en revînt ?
Voici mon sein, voici ma tête,
Allez, pourquoi attendre ?
De tous les crimes
Il ne vous restait que ce dernier.
Andronico (a parte)
Sento struggersi l’alma.
Andronicus (à part)
Je sens mon âme qui se brise.
Irene
E per lei vengo ad impegnar quel posto
E promesso e dovuto ; è già occupato ?
Sei quella tu, che non conduce al trono
O brama di regnar, o molle affetto ?
Irène
En son nom je viens prendre possession d’un rang
Qui m’est dû et qui m’a été promis ;
Qu’apprends-je ? Il est déjà pris ?
Vous êtes donc celle qui n’est appelée au trône
Ni par désir de régner, ni par tendre affection.
Asteria (a parte)
Il rimprovero ancor non esce in vano.
Asteria (à part)
Le reproche n’est pas faux.
Tamerlano
Ancor l’ardita qui ?
Ma dov’è Irene ?
Tamerlan
Quoi, toujours ici cette emportée ?
Mais où est Irène ?
Bajazete
Disumanata, un padre disperato
Ti dimanda la morte e ti minaccia
E a pietade o a timor ciò non ti muove ?
Andiamo a mendicar la morte altrove !
Bajazet
Inhumaine, un père désespéré
Vous demande la mort et vous menace,
Et cela n’éveille en vous ni crainte, ni pitié ?
Allons mendier la mort ailleurs !
Irene
Irene non verrà giammai se pria
Sgombrato non rimira il trono, e il letto.
Irène
Irène ne viendra jamais si auparavant
La voie du trône et de la couche impériale
Lui est ouverte.
Asteria
Padre, ferma !
Asteria
Père, arrêtez !
Tamerlano
Fa che Asteria discenda, e abbraccio Irene.
Tamerlan
Faites en sorte qu’Asteria renonce,
Et j’épouserai Irène.
Tamerlano
Si fiacca, Asteria, dunque,
Che di grida impotenti il suon ti scuote.
Tamerlan
Ainsi, donc, Asteria, vous faiblissez, et
Le son d’un cri impuissant vous émeut.
Irene
Io far scender Asteria ? Ah ! Se il potessi !
Olà, chi di voi presta
A una tradita principessa il braccio
Contro un’usurpatrice, e a pro del giusto ?
Bajazete ? E ` suo padre ;
Andronico ? E ` sprezzato,
Il Tamerlano ? E ` il reo : non trovo aiuto.
Irène
Moi, faire renoncer Asteria ? Ah ! Si je le pouvais !
Holà, qui de vous prêtera
Son bras à une princesse trahie,
Contre une usurpatrice et pour le service
De la justice ? Bajazet ? C’est son père,
Andronicus ! Il est chassé ;
Tamerlan ? Il est coupable :
Je ne trouve aucun secours.
Asteria
E ` mio padre che parla.
Asteria
C’est mon père qui parle.
Tamerlano
Io son tuo sposo.
Tamerlan
Je suis votre époux.
Asteria
Non per ancor ;
E di qua scender poss’io
E non v’è padre che il sentiero ingombri.
Asteria
Point encore ;
Et je peux renoncer au trône
De sorte que la voie ne s’en trouve pas
Encombrée par un père.
Bajazete
Fermati, o donna, che a tuo pro
M’impegno ; o scenderà mia figlia,
O non son padre. Odi, perfida, e tu,
Fiero nemico, mi lascia favellar,
e ti protesto ; l’ultimo giorno
Che m’ascolti è questo.
Bajazet
Restez, femme, c’est moi qui défendrai
Votre cause ; ou ma fille renoncera,
Ou je ne suis pas son père.
Ecoutez, perfide, et vous, ennemi hautain,
Souffrez que je parle, vous dis-je ;
Ce jour est le dernier où vous m’entendrez.
Tamerlano
Scendivi dunque tosto ! Chi vacilla
Del Tamerlan sul trono,
E ` indegna di posarvi anche un momento.
Tamerlan
Renoncez alors sur le champ ! Qui hésite
Sur le trône de Tamerlan
Est indigne d’y siéger, ne fût-ce qu’un instant.
Irene ed Andronico
Asteria scende ?
Irène et Andronicus
Asteria renonce ?
Andronico
Signor !
Andronicus
Monseigneur !
Asteria
Eccomi scesa.
Asteria
J’ai déjà renoncé.
26 | cité de la musique
livret | 27
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Tamerlano
Ah vile !
Tamerlan
L’infâme !
Asteria
Padre; troncasti ad un gran
Colpo il volo.
Asteria
Père, vous venez d’abattre d’un coup
Un grand dessein.
Tamerlano
Tornate, temerari, ai vostri ceppi.
Cor che pospone a bassi affetti un regno,
Di vagheggiarne lo splendore è indegno.
Tamerlan
Retournez, téméraires, à vos chaînes.
Un cœur qui fait passer un royaume
Après de viles affections
Est indigne d’en contempler même les splendeurs.
(Il Tamerlan si leva in piedi per discender dal
trono ; Asteria lo ferma).
(Tamerlan se lève pour descendre du trône ;
Asteria l’arrête).
Bajazete
Andiamo.
Bajazet
Partons.
Asteria
Tamerlan, non vi partite.
Ascolti ogn’un, e più di tutti fissa,
Fissa in me gli occhi,
Oh Tamerlao, e mira !
Asteria
Tamerlan, ne partez pas.
Que chacun écoute, et plus que tout autre,
Ô Tamerlan, regardez-moi dans les yeux, et voyez !
(Asteria pianta lo stile sugli scalini del trono a piè
a Tamerlano :)
(Asteria plante son poignard sur les marches du
trône, puis, se tourne vers Tamerlan)
Quest’era il primo destinato amplesso
Che portava fastosa Asteria al letto ;
Giace, è vero, impotente al piè del trono,
Ma ancor in esso vagheggiarvi puoi
La mia illustre vendetta e i sdegni tuoi.
Voilà quel devait être notre premier embrassement,
Qui portait Asteria heureuse vers sa couche ;
Il git, il est vrai, impuissant au pied du trône,
Mais vous pouvez encore en lui contempler
La grandeur de ma vengeance et le dédain
Que j’ai pour vous.
Irene
Gran donna !
Irène
Noble dame !
Bajazete
Oh illustre figlia !
Bajazet
Illustre fille !
Andronico
Oh cor costante !
Andronicus
Cœur constant !
Tamerlano
Sdegni ! Ma di monarca a torto offeso
E disperato amante,
Siano di mille armati
Asteria e Bajazete posti in difesa.
Io punir vuò con cento morti e cento
Nel padre e nella figlia il tradimento.
Tamerlan
Misérables ! Vous avez injustement insulté un roi
Et offensé un amant,
Que Bajazet et Asteria se défendent
Contre mille soldats.
Je veux punir de cent et encore cent morts
La trahison du père et de la fille.
28 | cité de la musique
Trio
Trio
Asteria
Ecco il cor, sarò contenta
Per morire avrem valor.
Asteria
Voici mon cœur, je me réjouirai !
Je saurai vaillamment mourir.
Tamerlano
Voglio stragi, voglio sangue,
Morte a te, piaghe a te,
Per punire armo il rigor.
Tamerlan
A moi les massacres, à moi le sang,
Que la mort et les plaies s’abattent sur vous ;
Je m’arme de toute ma sévérité pour vous punir.
Bajazete
Ecco il petto, non mi spaventa
Per morire avrem valor.
Bajazet
Voici mon sein, je suis sans crainte,
Je saurai mourir vaillamment.
Asteria
Padre, dimmi, son più l’indegna figlia ?
Asteria
Père, dites-moi que je ne suis plus une fille indigne ?
Bajazete
No,no, il tuo sdegno mi placò,
Col tuo core e con il mio
Più contento l’odierò.
Bajazet
Non, je me réjouis de tes dédains !
Nos deux cœurs étant réunis,
Je le haïrai encore davantage.
Asteria
Andronico, son più l’infida amante ?
Asteria
Andronicus, suis-je encore l’amante infidèle ?
Andronico
No, che del tuo gran cor
Io sono l’offensor,
L’oltraggio io sono.
Se non ti placo pria,
Mai della colpa mia
Non vuò perdono.
Andronicus
Non, car de ton noble cœur
C’est moi seul l’offenseur,
C’est moi seul qui l’ai outragé.
Si je ne puis vous apaiser,
Jamais je ne chercherai
De pardon à ma faute.
Asteria
Amica, son quella superba donna ?
Asteria
Amie, suis-je cette femme orgueilleuse ?
Irene
No, che sei tanto costante
Nella fede a me promessa,
Ch’a te fida ancor sarò
S’or a me rendi l’amante,
Avrai l’alma e poi me stessa,
Che seguirti ogn’or saprò.
Irène
Non, vous êtes si constante
Dans la foi que vous m’avez donnée,
Qu’à mon tour je vous serai fidèle
Si maintenant vous me rendez mon amant,
Vous aurez mon âme, et mon être tout entier,
Pour vous suivre où que vous alliez.
Asteria
Si, si, son vendicata,
E se non ho al nemico
Qual lo segnò il pensier passato il petto
Il mio acciaro però colpito ha il core,
E vi ha svenato quel funesto amore.
Asteria
Oui, oui, je suis vengée,
Et si je n’ai pas transpercé le sein
De mon ennemi comme en pensée je l’ai fait,
Cependant mon fer l’a touché au cœur
Et y a anéanti ce funeste amour.
Se potessi un dì placare
Il mio fato si crudele,
Combien heureuse je serais
Si je pouvais un jour adoucir
livret | 29
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Quanto mai sarei contenta.
Darei fine al sospirare,
Stringerei chi m’è fedele,
fuggirei ciò che tormenta.
Ce sort si cruel.
Plus de lamentations,
Je rejoindrais tout ce qui m’est fidèle,
Et fuirais l’objet de mes tourments.
fine dell’atto secondo
fin du second acte
atto terzo
acte III
scena 1
scène 1
Cortile del serraglio, in cui sono
Custoditi Bajazete ed Asteria.
Une cour dans le sérail où sont retenus
prisonniers Bajazet et Asteria.
Bajazete
Figlia, siam rei, io di schernito sdegno,
Tu d’amore sprezzato ;
Vorrà il nostro nemico
Vendicarsi dell’uno e placar l’altra.
Bajazet
Ma fille, nous sommes coupables, moi de mépris
Dédaigneux, vous de dédain amoureux ;
Notre ennemi voudra
Se venger de l’un, et apaiser l’autre.
Asteria
Tutta la colpa mia
E ` una vendetta che ha fallito il segno.
Asteria
Toute la faute en est mienne,
C’est une vengeance qui a manqué son but.
Bajazete
Se il Tartaro irritato
Pensasse a nuovi oltraggi ?
A me nulla più resta oltre la vita ;
Ma a te...
Bajazet
Et si le Tartare, outragé,
Songeait à d’autres insultes ?
A moi il ne reste plus rien que la vie,
Mais à vous...
Asteria
La scampo, oh genitor, ‘m’addita !
Asteria
Où trouver le salut, père, dites-le moi !
Bajazete
Odi dunque, ma tutta a incontrarlo
Vi vuol la tua virtude.
Bajazet
Prêtez-moi attention, mais pour ce faire
Il vous faudra tout votre courage.
Asteria
S’è morte, sia la mia, ma non la vostra.
Asteria
S’il s’agit de la mort, qu’elle soit la mienne,
Et non la vôtre.
Bajazete
La tua e la mia.
Vedi ; quest’è veleno,
De’miei vasti tesori unico avanzo ;
Te ne fo parte, e perchè l’usi ardita
Il mio intrepido cor teco divido.
Bajazet
De la vôtre, et de la mienne.
Regardez ; voici du poison qui
Seul me reste de mes vastes trésors ;
Je le partage avec vous, et pour que vous puissiez
En user audacieusement, je partage avec vous
Egalement mon courage.
Asteria
Padre, al tuo gran voler la fronte chino.
Asteria
Père, je m’incline devant votre haute volonté.
Bajazete
In van, in van si crede tenerci un fier destino
Bajazet
C’est en vain que cet être arrogant
30 | cité de la musique
I lacci al piede.
Croit entraver nos pas.
Asteria
Cor di padre e cor d’amante,
Salda fede, odio costante,
Pur alfin vi placherò.
Sol non è pago il mio timore,
ch’ambedue vi perderò.
Asteria
Cœur de père et cœur d’amant,
Foi solide, haine constante,
Je vous apaiserai.
Seule ma crainte de vous perdre tous deux
N’est pas adoucie.
scena 2
scène 2
Tamerlano, Andronico, ed Asteria in disparte.
Tamerlan, Andronicus, et Asteria de l’autre côté.
Tamerlano
Andronico, il mio amore
Dallo sdegno d’Asteria acquista lena ;
Diteli, che il mio trono ancora è vuoto.
Tamerlan
Andronicus, mon amour
Se nourrit du mépris d’Asteria.
Dites-lui que mon trône est toujours à prendre.
Andronico
Signor, co’ suoi nemici non si placa
L’odio degli Ottomani. Io poi non sono
Ugual al grand’impiego,
E chi seppe tradirmi
Sulle prime dimande,
Potrà poi rifiutar anco i miei voti.
Voi la muniste con fatal consenso,
Né del gran colpo mi voleste a parte.
Ora lo son dell’odio vostro,
E dico che son rival del Tamerlano, e v’amo.
Andronicus
Seigneur, contre leurs ennemis
La haine des Ottomans ne s’apaise jamais.
Je ne suis pas digne de cette grande tâche,
Et celle qui sut me trahir
Lors de mes premières demandes,
Pourrait également refuser mes vœux.
C’est vous qui avez armé son bras
Et n’avez pas voulu me laisser de côté.
Or je ne partage pas votre haine,
Je suis votre rival et vous aime.
Tamerlano
Che ascolto mai ?
Tamerlan
Qu’entends-je ?
Andronico
Si, Tamerlano, udite ;
Un amante, un rival.
Andronicus
Oui, Tamerlan, écoutez :
Un amant, un rival.
Asteria
Prence, tacete !
Asteria
Ah ! Prince, taisez-vous !
Andronico
No che pria vuò compir la mia protesta ;
Tenga i Tartaro pure
Tutti il vasti suoi doni, e ancor maggiori,
Che per placer Asteria io gli rifiuto.
Andronicus
Je veux auparavant faire entendre ma voix ;
Que le Tartare garde pour lui
Tous ses bienfaits, plus nombreux
Fussent-ils encore,
Pour apaisez Asteria, j’y renonce.
Tamerlano
Se non dovessi al braccio tuo gran
Prove, ardito Prence, nol diresti impune.
Ma che risponde Asteria ?
Tamerlan
Si vous n’aviez déjà donné de hautes preuves
De votre valeur, Prince téméraire, vous ne diriez
Pas cela impunément
Que répond Asteria ?
livret | 31
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Asteria
S’uniforma al suo amor, benchè
Infelice, che t’odio, il sai, che l’amo,
Egli lo dice.
Asteria
Je partage son amour, bien qu’il soit malheureux,
Que je vous hais, il le sait, que je l’aime, lui-même
Le proclame.
Tamerlano
Perfida ! L’amor tuo fa ciò che in vano
Sino ad ora tentò tutto il mio sdegno ;
Ben ti farò pentir d’esser si ardita.
Tamerlan
Perfide ! Votre amour ainsi provoque ce à quoi
Ma colère n’avait pu se résoudre.
Je vous ferai regretter votre témérité.
Asteria
Ho il mio Amante in difesa.
Asteria
Mon amant me défendra.
Tamerlano
Or lo vedremo.
Tronchisi il capo a Bajazete, e Asteria
Allo schiavo più vil sia fatta sposa.
Tamerlan
Nous le verrons à l’épreuve.
Que l’on décapite Bajazet et qu’Asteria
Soit mariée à l’esclave le plus vil.
Andronico
Dunque real donzella...
Andronicus
Princesse...
Tamerlano
Non favellar, o la sentenza affretto.
Tamerlan
Plus un mot, où je hâterai la sentence.
Asteria
(Si getta in ginocchio innanzi al Tamerlano)
Deh, Signor, sul mio capo
Cada il vostro furor, ma al mio gran
Padre perdonate una colpa...
Asteria
(Se jetant aux pieds de Tamerlan)
Ah, Seigneur, que votre fureur
S’abatte sur ma tête, mais pardonnez
La faute de mon noble père...
scene 3
scène 3
Bajazete, e detti.
Bajazet et les précédents
Bajazete
Come ? Asteria,
Tu a piè del Tamerlano ?
Sorgi, non s’ha da rimirar prostrata
Innanzi al suo nemico una mia figlia.
Bajazet
Quoi, Asteria
Vous aux pieds de Tamerlan ?
Levez-vous, qu’il ne jouisse pas de voir
La fille de Bajazet prostrée aux pieds
De son ennemi.
Tamerlano
Costui m’incanta, e a tollerare mi sforza
Ciò che mal soffrirei da un vincitore.
Tamerlan
Cet homme m’ensorcèle, et me force à tolérer
Ce que je ne souffrirais pas d’un vainqueur ?
Bajazete
Dimmi, qual arte usasti
Per avvilir degli Ottomani il sangue ?
Bajazet
Dites-moi, de quel art avez-vous usé
Pour avilir le sang de Ottomans ?
Andronico
Non l’irritate !
Andronicus
Ne le provoquez pas !
Bajazete
Eh ! che quell’empio è un vile.
Bajazet
Ah ! Il est encore plus vil que cruel !
Tamerlano
Bajazete, l’ira mia non ha più freno.
Sappi, che non più solo
Sei mio nemico ; altri due rei son teco.
Ora con un sol colpo
Voglio veder puniti
Un rival, un’ingrata, ed un superbo.
Bajazete ed Asteria
Sian trascinati alle mie mense, seco
Venga Andronico e miri
In Asteria i suoi scorni ;
Se poi tal piace
all’amor suo ritorni !
Tamerlan
Bajazet, ma colère n’a plus de bornes.
Sachez que vous n’êtes plus seulement
Mon ennemi ; vous êtes également coupable
De deux forfaits.
Je veux à cette heure voir punis du même coup
Un rival, une ingrate et un orgueilleux.
Que Bajazet et Asteria
Soient traînés à ma table,
Qu’Andronicus vienne également et qu’il voie
Reflété en Asteria son propre déshonneur ;
Et si elle lui plaît encore,
qu’il retourne à ses amours.
A dispetto d’un volto ingrato
Più sdegnato già s’agita il cor.
E nel petto ai tumulti dell’alma
Può dar calma il mio solo furor.
Devant le dépit d’une ingrate
Le cœur outragé redouble d’agitation.
Et ce tumulte de mon âme
Seul ma fureur le pourra calmer.
scena 4
scène 4
Andronico, Asteria, Leone.
Andronicus, Asteria, puis Léon
Andronico
Voglio dunque morir con te, mia vita !
Andronicus
Je veux mourir avec vous, mon âme !
Asteria
No, no, questo vi basti,
Prence, saper che nell’estremo istante
Saranno il mio dolor padre e amante.
Asteria
Non, non, qu’il vous suffise
Prince, de savoir que mes seules douleurs,
A l’instant extrême seront mon père et mon amant.
Asteria, Andronico
Vivo in te, mio caro bene !
E se morte a te è gradita,
Son contenta di morir.
Ah ! Ti perdo, e quando mai
Oh mio ben, mi rivedrai ?
Troppo è crudo il mio martir.
Asteria, Andronicus
Je vis en vous mon bien aimé !
Et si cette mort vous est agréable,
Je suis heureuse de mourir,
Ah ! Je vous perds, et quand
Vous reverrai-je jamais, mon bien aimé.
Ce martyre est trop cruel.
scena 5
32 | cité de la musique
scène 5
Leone
Reina, è il trono,
Non tocca ad occuparlo ora che a voi :
Parli Irene da Irene, e Irene regni.
Léon
Reine, le trône est vide,
C’est à vous de l’occuper ;
Irène parle en tant qu’Irène, et Irène doit régner.
Irene
Ahi ! che quell’empio ancora siegue la sua nemica ;
Irène
Hélas ! que cet impie suive encore son ennemie ;
livret | 33
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
O che l’ama o non l’odia ;
E se placato tornasse a noi con la rivale a lato ?
Qu’il l’aime ou qu’il la haïsse ;
Et quoi, s’il revenait accompagné de ma rivale ?
Accostati, superba, e fissa il guardo
Ne e posto luminoso che perdesti.
Approchez, orgueilleuse, et fixez le regard
Sur la place resplendissante que vous avez perdue.
Leone
Non si deve temer ; troppo costante in Asteria
Sarà l’odio al nemico ;
Non l’irritate, e vi sovvenga bene,
Che se gli spiace Asteria, abbraccia Irene.
Léon
N’ayez nulle crainte ; la haine d’Asteria
Envers son ennemi demeurera ;
Ne l’irritez pas et rappelez-vous,
S’il rejette Asteria, il embrasse Irène.
Asteria
Lieve perdita è un ben che si detesta.
Asteria
C’est peu de chose de perdre un bien que l’on déteste.
Irene
Crudel più non son io,
Amarlo è dover mio,
Se m’accarezza ;
Ma tanto l’odierò
Quanto amarlo dovrò,
Se mi disprezza.
Irène
J’ai cessé d’être cruelle,
L’aimer est mon devoir
S’il me courtise ;
Mais, s’il me méprise, je le haïrai autant
Que j’aurais pu l’aimer.
Tamerlano
Ma ciò basta ; venga
Serva che rifiutò d’esser regina.
Tosto ad Asteria un nappo ! E al basso
Impiego innanzi al suo signor pieghi
Il ginocchio.
Tamerlan
Mais ce n’est pas tout ; vous serez
Servante, vous qui avez refusé d’être reine.
Que l’on donne une coupe à Asteria !
Et que dans cette basse besogne
Elle plie le genou devant son seigneur !
Andronico (a parte)
Ingiusto !
Andronicus (à part)
L’ignoble !
Bajazete
Temerario !
Bajazet
Téméraire !
Asteria
Ola, fermate ! ho meco onde schernirlo
(a parte) Numi, che in cor voi m’ispirate il colpo,
Voi lo guidate !
Eccomi pronta all’opra.
Asteria
Arrêtez ! J’ai de quoi l’affronter.
(à part) Dieux, inspirez-moi la force de ce coup mortel,
Guidez cette main !
Je suis prête.
Bajazete (a parte)
Che pensa Asteria ?
Bajazet (à part)
Que projette Asteria ?
Andronico
Che risolve ?
Andronicus
Quelles sont ses pensées ?
Tamerlano
Or ecco, donde incomincio ad avvilirti, o fiero,
E di te a vendicarmi, o Prence ardito.
Tamerlan
Voici donc le moment de vous humilier
Tout en accomplissant ma vengeance, ô Prince hardi.
Asteria (a parte)
La sorte almeno a questo colpo arrida !
(Asteria getta il veleno, che gli aveva dato
Bajazete, nella tazza, che deve apprestare al
Tamerlano, ed è veduta da Irene, che s’accosta
alla tavola).
Asteria (à part)
Qu’au moins le sort soit favorable à cette téméraire entreprise !
(Asteria jette le poison que lui avait donné
Bajazet dans la coupe qu’elle doit présenter à
Tamerlan ; elle est vue par Irène, qui s’approche
de la table).
Irene (a parte)
Ahi ! Che miro ? Or conviene
Che Irene al Tamerlan parli da Irene.
Irène (à part)
Ah ! Que vois-je ? Il est temps
Qu’Irène parle à Tamerlan comme Irène.
Asteria
Bevi, superbo, bevi, e in questo nappo
Che ti porge Asteria,
D’ambizion l’immensa sete estingui !
Asteria
Buvez, orgueilleux, buvez, et dans cette coupe
Que vous tend Asteria,
Etanchez votre immense soif d’ambition !
Tamerlano
Mira la figlia, Bajazete ! Vagheggia,
Tamerlan
Regardez votre fille, Bajazet, Andronicus,
scena 6
scène 6
Leone
Principessa infelice,
Infido Tamerlano !
Questa, questa è la fede
Che dee un monarca a così illustre erede ?
Con generoso core vuò mostrargli’l suo errore ;
Corro per rinfacciarlo ;
Ma sogno, o veglio ?
E così incauto io parlo ?
Del superbo il furore ecciterò ;
Ma che tem’io ?
Si vada difesa del giusto,
S’irriti pure il barbaro regnante ;
Sprezza i gran perigli alma costante.
Léon
Malheureuse Princesse,
Perfide Tamerlan !
Voilà donc la confiance
Qu’accorde un monarque à une telle héritière ?
D’un cœur généreux je veux lui montrer son erreur ;
Je cours le lui dire.
Mais, songe ou veille ?
Quel imprudent je suis.
J’exciterai sa fureur ;
Allons, de quoi ai-je donc peur ?
Il est vrai, si je défends le juste
Le barbare régnant peut s’irriter ;
Mais l’âme constante méprise les grands périls.
Nel mondo e nell’abisso
io non pavento tutto l’orror
Che mai possa inventar il ciel, la terra, il mare,
No perdere non vuò
Giusto contento
Irene, tu vedrai
Che virtù sol m’è guida, a gran oprare.
Dans le monde et dans l’abîme
Je ne crains pas l’horreur
Que le ciel, la terre, la mer, peuvent inventer,
Et ne veux perdre
L’occasion de bien me comporter.
Irène, vous verrez
Que seule la vertu me pousse à cette grande action.
scena 7
scène 7
Tamerlano, Bajazete, Andronico ed Irene in disparte
Tamerlan, Bajazet, Andronicus, et Irène d’un côté.
Tamerlano
Eccoti, Bajazete,
Dall’angusto ritiro in cui t’avea
Già l’ira mia ristretto,
Innanzi allo splendor delle mie mense,
Cortese è il Tamerlan più che non pensi.
Tamerlan
Vous voici donc, Bajazet,
Passé de l’étroit réduit où
Ma colère vous avait relégué
Aux fastes de ma table.
Tamerlan est plus courtois que l’on ne pense.
34 | cité de la musique
livret | 35
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Andronico, l’amata !
Questo è suo dono, e perchè suo,
Consacro questa tazza all’amante
E al genitore.
Contemplez votre amante !
Ceci est un don de sa main, et pour cette raison
Je dédie cette coupe à l’amant et au père.
Andronico
Sconsigliata, che tenti ?
(Mentre Asteria vuol bere il veleno, Andronico
glielo getta di mano.)
Andronicus
Inconsciente ! Qu’allez-vous faire ?
(Tandis qu’Asteria veut boire le poison, Andronicus
le lui retire des mains)
Irene
Tamerlano, ferma il sorso !
Irène
Tamerlan, ne buvez pas !
Bajazete
Incauto amante !
Barjazet
Imprudent amant !
Tamerlano
Ancora qui la temeraria e come ?
Chi ti concesse tanto ardire ?
Tamerlan
Quoi ! Encore ici cette téméraire ?
Qui vous autorise à tant d’audace ?
Asteria
Ah ! Stolto, che pretendi ?
Mi togli a morte, e a tirannia mi rendi.
Asteria
Ah ! Insensé, qu’espérez-vous ? Vous me dérobez
A la mort et me rendez à la tyrannie.
Irene
Irene ;
Sappi, ch’entro quel nappo
Nuota la morte tua,
Sappi, ch’Asteria infuse incauta un dono
che, se vien da sua man, certo è veleno.
Sappi, che parla Irene, e Irene io sono.
Irène
Irène !
Sachez que dans cette coupe flotte votre mort,
Sachez que secrètement Asteria y a versé un don
Qui, s’il vient de sa main, est certainement du poison. Sachez que c’est la voix d’Irène qui parle,
car Irène, c’est moi !
Andronico
Ad assisterti io vengo, alma costante !
Andronicus
Je viens à votre aide, âme constante !
Tamerlano
Tu Irene ?
Tamerlan
Vous Irène ?
Tamerlano
Seguitela, soldati, e a cenni miei
Sia custodita ! Empia, due volte rea
Di enorme tradimento ! Onde incomincio
Il suo castigo ? Dalla morte è poco,
Dall’infamia si cerchi, e Bajazete
Ne sia lo spettator ; si guidi il fiero
Al serraglio de’ schiavi, ivi a momenti
Condotta Asteria, lui presente sia
Alla turba servil concessa in preda.
Tamerlan
Suivez-la, soldats, et qu’elle soit
Tenue à ma disposition ! L’infâme, à deux reprises
Elle s’est rendue coupable de haute trahison !
Par quoi commencerai-je son châtiment ?
La mort est peu de chose ; il lui faut l’infamie,
Et que Bajazet en soit le témoin ; que l’on conduise
Cet orgueilleux au sérail des esclaves, et lorsque
Asteria y sera conduite, qu’en sa présence
Elle soit donnée en pâture à la foule des esclaves.
Bajazete
E il soffrirete, d’onestade oh Numi ?
La raccomando a voi, poichè a me resta
Onde togliermi a lui la via funesta.
Empio, per farti guerra,
Dal regno di sotterra
L’ombra ritornerà.
E l’ira degli Dei
Al suon de’ sdegni miei
Forse si sveglierà.
Bajazet
Le permettrez-vous, ô dieux de l’honneur ?
Je la recommande à vous, car à moi il ne me reste
Qu’à disparaître de sa voie funeste.
Infâme, pour vous faire la guerre,
Du règne souterrain
Cette âme reviendra.
Et la colère des dieux
A mes cris indignés
Se réveillera peut-être.
Irene
Signor, fra tante cure
Che fia d’Irene ?
Irène
Seigneur, parmi tant de préoccupations,
Qu’en est-il d’Irène ?
Tamerlano
Irene sarà mia sposa ; il tradimento al
Fine sia punito in Asteria,
E coronata sia la fè in Irene.
Tamerlan
Irène sera ma femme ; que soit punie
La trahison d’Asteria,
Et couronnée la constance d’Irène.
Irene
Oblio l’andate offese
E mi farà la bella sorte ardita
Di dare al mio Signor e trono, e vita.
Irène
Je veux oublier les offenses passées
Et mon heureux sort m’enhardit
A vous donner, Seigneur, et le trône et la vie.
(ad Asteria)
Tu sì audace ?
(à Asteria)
Et vous ! Quelle audace !
Bajazete
Ah ! Che mia figlia
Perduta ha la vendetta, e la difesa !
Bajazet
Ah ! Voici que ma fille
A manqué, et vengeance et défense !
Tamerlano
Sieda Irene ; e tu iniqua,
Il cui pallor già fece rea, che dici ?
Tamerlan
Prenez place Irène ; et vous, traîtresse, dont la
Pâleur même trahit la culpabilité, que dites-vous ?
Asteria
Bevi, ch’io stessa ti assicuro ; bevi !
Asteria
Buvez, j’en suis moi-même garante ; buvez !
Tamerlano
No, che sei disperata ; o padre, o amante
Me n’assicuri priva, fa che l’assaggi
O l’uno, o l’altro, e bevo.
Tamerlan
Non, car vous êtes acculée : que votre père
Ou votre amant m’en assure d’abord ;
Que l’un ou l’autre l’essaie, et je boirai.
Asteria
Legge crudel ! che si risolve, Asteria ?
Padre, amante, di voi che vuole il merto
Delle vendette mie, chi primo beve ?
Bajazete è il mio padre,
Andronico è il mio amante,
Beva l’un beva l’altro, ahi pena ! E poi ?
Folle sei, se lo consenti !
Il tiranno poi vivrà,
E morran questi innocenti.
Beva dunque la rea, e da mia morte
Anzi che della loro
Di punire il tiranno avremo il frutto.
Asteria
Loi cruelle ! Que faire Asteria ?
Père, amant, qui de vous souhaite s’attacher
Le mérite de ma vengeance, qui sera le premier à
Boire ? Bajazet est mon père,
Andronicus mon amant :
Que l’un ou l’autre boive, ah ! quelle douleur !
Et ensuite ? Quelle folie d’y consentir !
Le tyran sera encore en vie
Et ces innocents seront morts.
Que boive donc la coupable, et par sa mort
Plutôt que par la leur,
Nous avons l’avantage d’avoir tué le tyran.
36 | cité de la musique
livret | 37
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
scena 8
scène 8
Entra Andronico da una parte, e dall’altra Leone
ed Asteria, e detti.
Les précédents ; Andronicus entre d’un côté,
de l’autre Léon et Asteria.
Leone
Vieni, Asteria, e saprai quanto m’impone
Il tuo gran padre. Io reco a te gran cose,
Alto Signor : Placato è Bajazete,
E di parlarti or chiede.
Léon
Venez, Asteria, et vous saurez
Ce que votre noble père m’a confié. D’importantes
Nouvelles, grand Seigneur : Bajazet est apaisé,
Et demande à présent audience.
Andronico
E ciò fia ver ?
Andronicus
Cela se peut-il ?
Tamerlano
Placato ? Parlarmi ? E come ?
Tamerlan
Apaisé ? Il souhaite me parler ?
Leone
Appena da queste stanze uscito,
Mirò da folto stuol de’tuoi guerrieri
Tratto il suo duce Orcamo ; allora,
Alzando gli occhi e la voce al ciel :
« Vanne » a me disse,
« Di’ al Tamerlan che alfin cedo al mio fato ;
Digli che vuò parlargli,
E fa, che sia seco la figlia mia. »
Léon
A peine sorti de ces appartements,
Voyant Orcamo qui les conduit
parmi la foule nombreuse de tes guerriers,
Levant les yeux, la voix au ciel,
Il me dit : « Va,
Dis à Tamerlan qu’enfin je cède à mon destin ;
Dis-lui que je veux lui parler,
Et fais en sorte que ma fille l’accompagne. »
Asteria
Che sarà mai ?
Asteria
Est-ce possible ?
Tamerlano
Che dir saprà ? Già viene.
Tamerlan
Je ne sais que dire. Le voilà qui vient.
Andronico
Quant’ha le luci placide e serene !
Andronicus
Comme il a le regard doux et serein !
scena 9
scène 9
Bajazete, e detti
Bajazet et les précédents.
Bajazete
Oh per me lieto, avventuroso giorno !
Oh figlia cara ! Oh Imperator ! Oh amici
Già son nel cor qual son tranquillo
In volto, e sai perchè, mia figlia ?
E’l sai, tiran ? Da’ lacci tuoi son sciolto.
Tamerlano
Ma chi di man può trarti al furor mio ?
Bajazete
Chi lo può ? Lo, poss’io !
Fremi, minacci mi rido del tuo furor,
Di tue minaccie ;
38 | cité de la musique
Bajazet
Ah que ce jour m’est joyeux et propice !
Ô, chère fille ! ô Empereur ! ô amis
Mon cœur est déjà aussi serein que mon visage,
Et savez-vous pourquoi, ma fille ?
Savez-vous pourquoi, tyran ?
Je suis délivré de vos liens.
Tamerlan
Mais qui peut vous soustraire à ma fureur ?
Bajazet
Qui le peut ? Je le puis moi-même !
Tremblez, menacez, je me ris de votre fureur,
Ho vinto l’orgoglio tuo con mio velen ;
Nè puoi farmi morire,
Nè far sì ch’io non mora ;
E questa morte il mio trionfo eletta,
Già diventa tuo scorno e mia vendetta.
De vos menaces ;
J’ai vaincu votre orgueil avec mon poison ;
Vous ne pouvez ni me faire mourir,
Ni empêcher que je ne meure ;
Et cette mort que j’ai choisie pour mon triomphe,
Représente déjà votre humiliation,
Et ma vengeance.
Asteria
Ah ! Genitor, che parli ?
Asteria
Ah, père, que dites-vous ?
Bajazete
Si, figlia, io moro, addio !
Tu resti... ahimè, che dir non posso
In pace !
Tu resti, figlia, negli affanni, e questo
E’l solo affanno mio.
Bajazet
Oui, ma fille, je meurs, adieu !
Vous, vous restez... hélas, je ne puis dire en paix !
Vous restez, ma fille, au milieu des malheurs
Et c’est là mon seul malheur.
Asteria
No, vo’ seguirti anch’io, io vo’ morir,
Prence, tiranno, un ferro ! Al tuo amor,
Al tuo sdegno il chiedo. Ah ! Padre !
Con questa man, che per l’estrema volta
Ora ti bacio e co’miei pianti innondo,
Prendi un ferro, se puoi, passami il seno,
E guida teco la tua figlia !
Asteria
Non, je veux moi aussi vous suivre,
Je veux mourir, Prince, tyran, un poignard !
Je vous le demande de votre amour,
De votre mépris. Ah père, de votre main, que pour
La dernière fois je baise à cette heure et inonde de
Mes larmes, prenez un poignard, si vous le pouvez,
Transpercez-moi le sein. Et emmenez votre fille
Avec vous !
Bajazete
Oh sempre
Avversi Dei ! Dove ferro o veleno ?
Si, figlia, in questi estremi amplessi miei
Per pietà del tuo duol t’ucciderei.
Figlia mia, non pianger no !
Lascia allora uscire il pianto
Quando morto io nol vedrò.
Tu spetiato, il vedrai,
Misera figlia !
Ma noh ne andrai
Lieto gran tempo, io vado
Le furie a scatenar per tuo tormento
Già miro il dì mancar, morte, ti sento,
Per tuo supplizio è quest’orror.
Sù, via, furie, e ministre,
Del gran Re dell’ira !
Io vi conosco, eccovi là ! Quel crudo
Percuotete, sbranate, lacerate,
Sì, lanciategli al core
I serpi e le ceraste !
Degni di voi que’colpi son, sì, presto,
Ma non cessate ! Ahimè ! Se stanche siete,
La rabbia mia prendete,
E meco lo portate
Laggiù nel regno del furor eterrno.
Bajazet
Ô Dieux toujours contraires !
Où trouver poignard ou poison ?
Oui, ma fille, en vous embrassant pour
La dernière fois
Je vous tuerais bien par pitié pour votre malheur.
Ne pleurez pas, ma fille, non !
Vous laisserez couler vos larmes
Lorsque, mort, je ne pourrai les voir
(A Tamerlan) Vous, misérable, vous les verrez
Malheureuse fille !
Mais vous ne vous réjouirez pas
Longtemps, car je m’en vais déchaîner
Contre vous les furies pour vous tourmenter.
Déjà, je vois le jour s’assombrir,
Mort, je te sens venir,
Pour vous ces horreurs seraient un supplice.
Levez-vous, furies, et vous serviteurs
Du grand roi de la colère !
Je vous reconnais, vous voilà !
Frappez, lacérez, déchirez-le tout vif !
Oui, lachez sur mon cœur
Serpents et vipères !
Ces coups sont dignes de vous, faites vite,
N’ayez de cesse ! Grands dieux ! Si vous êtes las,
Prenez ma colère
livret | 39
Georg Friedrich Haendel - Tamerlano
(Va mancando nel retirarsi dentro la scena,
sostenuto sempre da Asteria ed Andronico).
Per tormentar, per lacerar quel mostro,
Io sarò la maggior furia d’averno.
scena 10
Et ma personne pour les emporter
Dans le royaume de la fureur éternelle.
(Il s’en va, défaillant, soutenu par Asteria et
Andronicus)
Pour tourmenter, pour accabler ce monstre je saurai être la pire furie de l’enfer.
scène 10
Asteria
Barbaro ! Or manca solo
Il morir mio al tuo trionfo.
Asteria
Barbare ! Il ne manque désormais au triomphe
Que ma mort.
Tamerlano
Olà ! si custodisca da regal donna.
Tamerlan
Qu’on préserve les égards de son rang.
Andronico
Ah ! Tamerlan, non posso
Dopo il suo fier destino, e la mia sorte,
Non stringer il mio ferro, e darmi morte.
Andronicus
Ah ! Tamerlan, je ne puis
Après ce fier destin et le sort qui m’est fait,
Que saisir une épée et me donner la mort.
Tamerlano
Fermati ! Vinto io son, già m’ha placato
Di Bajazete la morte ;
Regni con me la bella Irene. Io rendo
A te, fido amator, Asteria e trono !
Tamerlan
Arrêtez ! Je suis vaincu. La mort
De Bajazet m’a apaisé
Régnez avec moi, belle Irène. Je vous rends,
Fidèle amant, votre Asteria et votre trône !
Andronico
Per così grande e inaspettato dono,
Signor, molto vi devo.
Andronicus
Pour ce grand et inattendu présent,
Seigneur, je vous suis reconnaissant.
Tamerlano
L’odio adesso placato, e resi amici,
Cominceremo oggi a regnar felici.
Tamerlan
La haine ainsi apaisé et l’amitié retrouvée,
Nous règnerons désormais heureux.
Coro
D’atra notte già mirasi a scorno
D’un bel giorno
Brillar lo splendor.
Fra le tede che Lachesi accende,
Chiara splende la face d’amor.
chœur
Comme à la honte des ténèbres
Resplendit l’aube
D’un beau jour
Parmi les torches qu’allume Lachesis
Resplendisse le visage de l’amour.
fine della opera
Nicolo Haym
40 | cité de la musique
fin de l’opéra
traduction française © Rémi Simon
& A. C. I. © cité de la musique

Documenti analoghi